ERIK TRUFFAZ QUARTET + NGUYÊN LÊ

Samedi 4 juillet 2020 à 21h00
Vauvert, Arènes de Vauvert
ERIK TRUFFAZ QUARTET + NGUYÊN LÊ

ERIK TRUFFAZ QUARTET “Lune Rouge” (France, Suisse)

Erik Truffaz : trompette, Marcello Guiliani : basse, contrebasse, Arthur Hnatek : batterie, Benoît Corboz : piano, Fender Rhodes, Hammond B3

En recherche perpétuelle, Erik Truffaz continue ses explorations musicales et une fois encore il renouvelle sa musique sur l’album « Lune Rouge » sorti le 11 octobre 2019. Entouré de Benoit Corboz, Marcello Giuliani et Arthur Hnatek, le trompettiste façonne une rêverie musicale lunaire aux accents cosmiques. Un album captivant de poésie sidér(ante)ale.

Trois ans après « Doni Doni », le trompettiste Eik Truffaz est de retour en quartet avec « Lune Rouge » (Foufino Productions/Warner Music France) sorti le 11 octobre 2019. Sur cet album le leader est entouré des fidèles, Marcello Giuliani (basse) et Benoît Corboz (claviers) et du batteur Arthur Hnatek qui a intégré le quartet depuis « Doni Doni ». D’ailleurs, c’est lui qui a assuré la direction artistique de « Lune Rouge », comme le précise Erik Truffaz. 

Aux frontières du jazz, de la pop instrumentale et de la musique électronique, « Lune Rouge » explore de nouveaux territoires sonores où se croisent mélodie et groove. Une superbe alchimie s’opère entre le timbre assez doux de la trompette et les sonorités synthétiques issues des années 70. Improvisations maîtrisées, envolées vibrantes et polyrythmies complexes se côtoient pour le meilleur. Après l’écoute de « Lune Rouge », le retour à la gravité terrestre est difficile car avec Erik Truffaz Quartet on marche sur la lune !

 

NGUYÊN LÊ  « Celebrating Pink Floyd The Dark Side Nine » (France) 1ère partie

Nguyên Lê : guitare, Himiko Paganotti : chant, Sylvain Gontard : trompette, Stéphane Guillaume : saxophones, Pierre Olivier Govin : saxophones, Daniel Zimmerman : trombone, Illya Amar : vibraphone, Romain Labaye : basse électrique, Gergo Borlai : batterie

Avec ce projet, le guitariste jazz virtuose Nguyên Lê nous offre sa vision du chef d'œuvre de Pink Floyd « The Dark Side Of The Moon », œuvre culte post-psychédélique, sortie en 1973 à l'apogée du quartet.

Mars 1973... Un quatuor connu pour ses inclinations psychédéliques livre au monde un album forteresse : Dark Side Of The Moon, un objet musical faisant appel aux technologies les plus avancées de l'époque, un disque stratosphérique, miroir des errances humaines et de la société. Pink Floyd s'apprête à écrire une page essentielle de l'histoire du rock et à remporter un succès planétaire ; cet album reste d'ailleurs, aujourd'hui encore, l'une des plus grosses ventes de tous les temps. Nguyên Lê : guitariste du dépassement des frontières stylistiques, un magicien dont l'art se révèle à travers ses propres compositions, mais aussi en célébrations renouvelées d'un passé musical qu'il sculpte telle une matière première. Sa musique se nourrit d'influences qui embrassent tous les continents et la peignent aux couleurs du jazz, du rock ou d'une fusion world imprégnée de lumière.